Royal Dutch Shell coupe son dividende: quelle leçon en retenir

BourseActualités
Royal Dutch Shell coupe son dividende

Il y a trois jours, le couperet est tombé, Royal Dutch Shell coupe son dividende.

Ici, je vais t ‘analyser brièvement la situation. Tu sauras à la fin de cet article:

  • Le contexte de l’entreprise
  • Pourquoi l’entreprise coupe ses dividendes
  • La leçon que tu dois retenir à tout prix si tu investis pour les dividendes

C’est parti, j’entame la course avec le contexte économique de l’entreprise.

Royal Dutch Shell: son contexte

Son activité

Royal Dutch Shell (RDS), est une entreprise du secteur pétrolier.

Ce secteur a de multiples facettes. Pour RDS, ses revenus proviennent :

  • Gaz naturel (44% des revenus): gère l’exploration et l’extraction de gaz naturel, convertit le gaz en gaz naturel liquide, et le transporte au marché final.
  • Aval pétrolier (29% des revenus): C’est tout ce qui se passe après, donc production et raffinage du pétrole pour créer des produits comme le diesel
  • Amont pétrolier (26% des revenus): C’est tout ce qui se passe avant, donc exploration et extraction du pétrole.

Shell est plutôt bien diversifié géographiquement. Plus de 75% des revenus sont générés hors des USA notamment.

La crise actuelle

Compte tenu de la crise, Shell a annoncé début mars qu’elle nécessitait un prix du baril de pétrole au dessus de 60$ pour couvrir sa dépense en capitaux et ses dividendes.

Ceci dit, le prix du baril de début mars était de 35$. En mai 2019, Shell a annoncé que pour chaque mouvement de prix du baril de 10$, ils perdraient 6 milliards de dollars de cash flow. C’est tout bonnement énorme.

Aussi, à cause de la chute du prix du baril de 60$ à 35$, Shell aurait pu avoir besoin d’emprunter 15 milliards en début mars 2020 pour continuer à financer ses dépenses en capitaux et son dividende. Le calcul est grossier, mais ça montre ce que l’on a besoin de savoir.

Et on connait l’histoire maintenant, le prix du pétrole est tombé bien en dessous de 35$… Pas de salut……

Chute du cours du pétrole
Chute du cours du pétrole

La crise à venir

Nous sommes dans un climat d’incertitude. Si tu penses que c’est le bon moment pour investir toutes tes billes en bourse, faire une demande de prêt à ta banque pour financer un gros coup, je te suggère d’y réfléchir à deux fois.

Et, c’est l‘une des raisons pour laquelle Royal Dutch Shell coupe son dividende.

Les effets de la crise ne se sont pas encore fait ressentir à la hauteur de leur impact réel. Nous sommes sur un marché psychologique. Autrement dit, c’est un marché de trader, pas d’investisseur long terme.

J’ai moi même pensé investir dans la Royal Dutch Shell il y a quelques jours pour son dividende trimestriel de qualité versé depuis la seconde guerre mondiale.

La réalité, c’est que ce marché est encore incertain, on ne sait pas quand aura lieu la relance de la demande sur le pétrole. Et oui, si on est confinés ou à moitié restreints en France ou ailleurs, les entreprises pétrolières voient leurs revenus finaux baisser.

Pourquoi Royal Dutch Shell coupe son dividende

Les entreprise ont besoin d’emprunter pour fonctionner. D’ailleurs, si tu analyse une entreprise, tu ne verras jamais un bilan avec la colonne des passifs vide.

Pour emprunter sans trop de soucis, l’entreprise doit être stable, sinon les investisseurs en obligations et les banques ne prêtent pas leur argent.

Un bon moyen de décision est le S&P Credit rating, une notation de l’agence Standard & Poor’s qui analyse la fiabilité d’une entreprise pour rembourser ses dettes. Cette note se situe entre AAA et D. En dessous de BBB, les titres de créances (obligations) émises par l’entreprise sont considérées comme risquées

Royal Dutch Shell, en bon écolier, possède la note de AA- (Haute qualité). Perdre cette note leur pendait au nez s’ils n’avaient pas coupé leur dividende. Pour faire simple, avec peu de revenus, il est difficile de rembourser la dette ET payer les dividendes aux actionnaires.

De plus, Shell a annoncé que leur objectif long terme est d’accomplir leur transition énergétique entre maintenant et 2050. Compte tenu des polémiques autour de leur activité, ils n’ont pas réellement le choix.

La leçon à retenir

Investir pour les dividendes, ce n’est pas de l’argent facile. Une entreprise qui paie son dividende depuis 50 ans n’indique en rien qu’elle continuera à le payer à sa 51ème année. Les dividendes aristocrates sont des aristocrates jusqu’au moment où ils arrêtent de payer leur dividende.

Beaucoup de débutants se focalisent sur ce seul critère pour investir. Si tu es dans ce cas, tu peux aller plus loin en lisant mon grand guide pour investir en bourse.

La notion de valeur n’a également aucun sens. Je ne parle pas de la valorisation, mais de la valeur qu’on attribue aux entreprises telles que Coca Cola  « qui ne peut pas couler parce que c’est Coca».

Certes, elle ne risque pas de couler à priori, mais ça ne garantit pas que l’investissement est rentable, et c’est ce que l’on recherche en tant investisseur.

Cela reste une bonne manière de rechercher des investissements potentiels. Par contre, cela ne se substitue pas à une analyse du marché et de l’entreprise.

Bonus: Malgré ça, est-il intéressant d’investir dans la Royal Dutch Shell ?

Paradoxalement, je pense que Royal Dutch Shell est une bonne entreprise, avec un management qui a une vision de l’avenir qui n’est pas portée sur ses seuls intérêts à court terme.

La transition énergétique est nécessaire, on le sait tous, et les entreprises du secteur pétrolier vont en souffrir. Elles peuvent commencer cette transition dès maintenant, ou mourrir dans le futur.

Par contre, en tant qu’investisseur dans les dividendes, couper un dividende est quelque chose de fort. Des entreprises comme Exxon Mobil, dans le même secteur, se battront jusqu’au bout pour le maintenir. Une stratégie courante de l’investisseur dans les dividendes est de vendre lorsque le dividende est abaissé.

Dans ce cas ci, il peut être imprudent d’investir ou réinvestir tant que l’entreprise ne refait pas ses preuves envers les actionnaires.

De plus, le contexte actuel n’autorise pas ce genre d’investissement. Dans quelques mois à venir, selon la situation, investir dans une telle entreprise pourrait s’avérer profitable pour du long terme.

Pour conclure, comme à peu près toutes les entreprises du secteur pétrolier, nous devons nous armer de patience et attendre de voir ce que l’avenir nous réserve.

Ceci n’est pas un conseil d’investissement. De plus, je ne possède pas d’actions de la Royal Dutch Shell à l’heure de la rédaction de cet article, aucun achat n’est prévu dans le court terme.